La fin de l’usage des pesticides dans les espaces publics marque le retour de la nature en Ville. Ce renouveau de la biodiversité constitue un progrès que la Commune consolide depuis plusieurs années. 

coccinelle.jpg

Depuis l’apparition de la phyto-chimie dans les années 50, les rues de nos villes sont arrosées de pesticides pour maintenir une «propreté», bien illusoire pourtant. Pas d’herbe certes, mais un sol contaminé, des eaux de ruissellement chargées de produits dangereux. Si aujourd’hui, l’herbe revient dans notre ville, ce n’est pas par absence d’entretien. Car les jardiniers de la Ville veillent au bon état des 15 hectares d’espaces verts, des 2 cimetières et des 42 kilomètres de voirie. C’est la marque d’un entretien plus respectueux de la nature. Et une attention pour les générations futures que les plus anciens n’auraient pas reniée .
 

Le "Zero phyto", c'est quoi ?
 

Le 22 juillet 2015, l’Assemblée Nationale a adopté la loi de transition énergétique pour la croissance verte qui prévoit l’objectif « zéro pesticide » dans l’ensemble des espaces publics à compter du 1er janvier 2017 : interdiction de l’usage des produits phytosanitaires par l’État, les collectivités locales et établissements publics pour l’entretien des espaces verts, promenades, forêts, et voiries.
 
En 2016, la Ville d’Aureilhan a décidé de lancer un plan d’action pour la suppression définitive des produits phytosanitaires dans l’espace public.
 
Depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ne peuvent plus utiliser de pesticides pour l’entretien des espaces publics. En 2019, l’interdiction des produits phytosanitaire concernera les particuliers, et donc les jardiniers. Voilà pourquoi il est bon de connaitre pour vous les bonnes pratiques du « zéro phyto ».
 

 
D’autres manières de faire sont possibles
 
Les agents de la Ville sont aujourd’hui entièrement impliqués dans le processus : devenus « éco jardiniers », ils proposent des compositions végétales ou florales permettant de réduire les arrosages, et prennent part aux réflexions de la municipalité. Pour les agents, il s’agit d’opérer un travail de remise en question de leurs pratiques. Les agents des espaces verts sont sensibilisés sur la gestion raisonnée et l’arrêt des pesticides.  

parterre fleurs.jpg

Ci-dessus : un espace vert aménagé par les agents du service "Espaces Verts". Le paillage limite efficacement l'évaporation de l'eau et la pousse des "mauvaises" herbes. 

La gestion de l’entretien des cimetières : un défi majeur
 
Il est très difficile de laisser s’enherber les cimetières. Le retour d’expériences d’autres communes est intéressant. Très récente au regard d’autres pays européens comme le Danemark, l’adoption du zéro phyto constitue un retour à la situation antérieure du matraquage chimique des années 1960. Au temps de l’entretien mécanique, les cimetières étaient plus accueillants pour la petite flore ordinaire. La présence de la nature accorde des fonctions supplémentaires aux cimetières, sans pour autant nuire aux exigences de recueillement et de respect de la mémoire.
 
Accepter quelques herbes folles vaut mieux qu’utiliser des produits toxiques pour l’homme et la nature
 
Une cuillère à café de désherbant, soit 1g de produit, pollue 10 000 m³ d’eau potable, soit l’équivalent de trois piscines olympiques. Dans une Commune comme Aureilhan, traversée par de multiples canaux et l’Adour, la suppression des produits phytosanitaires est un progrès majeur. Cette amélioration indéniable du cadre de vie va s’accompagner par la pousse de certaines herbes folles dans nos rues. Mais il vaut mieux accepter quelques herbes folles qu’utiliser des produits toxiques pour l’homme et la nature. Le chemin vers le Zéro-phyto n’est pas sans difficulté. L’effort mérite d’être partagé par tous.

 

 
bordures pissenlits.jpg

Photo : Des pisselits poussent librement sur le bords de la route


Les alternatives aux herbicides sont légion
 
Il faudra désormais accepter la flore spontanée, sauvage. Les alternatives aux herbicides sont légion. Certaines sont plus ou moins efficaces mais toutes demandent plus de main d’œuvre. Aujourd'hui, les agents utilisent tout le matériel technique mis à leur disposition pour désherber de façon naturelle : binettes, brûleurs et fours thermiques, tondeuses à gazon. Mais il s’agit surtout d’une réflexion globale. Il faut gérer différemment les espaces verts, et réfléchir dès la conception des parcs. Préférer les vivaces aux plantes annuelles, plus résistantes. Passer du désherbage à la gestion de l’herbe. La Commune le fait déjà avec les nouveaux espaces aménagés. Des travaux ont été réalisés : l’aménagement au pied des arbres, le paillage, etc. La participation des habitants est essentielle pour la réussite du programme « zéro phyto ».
 
​​​​​​​
Jardiner autrement : télécharger le guide « mon jardin sans pesticide »
 
 Le guide « mon jardin sans pesticide », réalisé par l’agence de l’eau Adour-Garonne, a été spécialement conçu pour sensibiliser les jardiniers amateurs au zéro phyto.  Ce guide est également disponible à l’accueil de la Mairie.

Vous pouvez aussi approfondir vos connaissances sur http://www.jardiner-autrement.fr/


En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.